News Expositions - Pinton
20245
page-template-default,page,page-id-20245,woocommerce-no-js,,qode-title-hidden,columns-4,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

PINTON NEWS

NOW
SALONS
COLLABORATION
• EXPOSITIONS 


ART DUBAÏ – DUBAÏ
CENTRE GEORGE POMPIDOU – PARIS
DOX CONTEMPORARY ART CENTER
PRAGUE
GALERIE CONTINUA – SAN GIMIGNANO
GALERIE KREO – PARIS
GALERIE LELONG & CO – PARIS
GALERIE SAATCHI – LONDRES
GALERIE SFEIR-SEMLER – HAMBOURG
GALERIE PERROTIN – PARIS
GALERIE SERPENTINE – LONDRES
GALERIE VEROLINO – MODÈNE
GALERIE WHITE CUBE – LONDRES
GALLERIE MEEM – DUBAI
MUSÉE D’ART MODERNE – PARIS
NATIONAL BOHEMIAN HALL – NYC
ROYAL ACADEMY – LONDRES
SALON H – PARIS
THE FLAG ART FOUNDATION – NYC
WANTED DESIGN – NYC

pinton_news_now_janvier2
pinton_news_now_janvier

Peindre la Nuit

Jusqu’au 15 Avril 2019

Du 13 octobre 2018 au 15 avril 2019, le Centre Pompidou-Metz consacre une exposition de grande ampleur au thème de la nuit dans la peinture moderne et contemporaine, accompagnée d’une publication et d’une riche programmation d’événements associés. Source d’inspiration majeure de l’histoire de l’art, la nuit demeure aujourd’hui encore un terrain d’expériences fécond. Revenir à un sujet aussi vaste que la nuit permet de poser des questions essentielles sur notre condition et notre place dans l’univers, comme sur le rôle de l’art. Si la proposition peut paraître d’emblée comme une contradiction, « peindre la nuit » se révèle au contraire riche de sens. Le titre contient volontairement une ambiguïté : peindre la nuit signifie soit représenter la nuit, soit peindre de nuit. Peindre l’obscurité ou peindre dans l’obscurité, c’est déjà faire un choix, celui d’affiner sa vision extérieure ou bien celui de l’abandonner. La nuit permet, tant sur le plan physique que symbolique, ce « détachement du monde » si cher à la modernité. Le moment du crépuscule pourrait d’ailleurs être la parfaite métaphore de la volatile frontière entre figuration et abstraction. À travers une approche liée à la perception de la nuit plutôt qu’à son iconographie, l’exposition se présente elle-même comme une expérience nocturne, une déambulation qui transforme le visiteur en noctambule, et qui transmet ce vertige que procure la nuit : vertige des sens, vertige intérieur, vertige cosmique. On avance dans l’exposition comme on avance dans la nuit.

Source : centrepompidou-metz.fr
Photo2 © Roland Halbe